Hôtels A Insectes

 


"Dans le jardin, dans notre nature.

Là est une autre lumière, un autre air, un ciel, des chemins.

On peut y goûter la vie plus librement

que par des fenêtres... Le jardin... est le lieu

où l'on pousse, où l'on grandit, le lieu où s'accomplit

le mystère de la vie, de la germination,

de toutes les floraisons possibles.

Il est le lieu de notre croissance"

- Henri Gougaud -

- Sunflower Garden Bloomies [Floraisons  de tournesol du jardin] -

- Copyright Carol Cavalaris (lien) que je remercie -


 

Ballet Labyrinth of solitude [Labyrinthe de solitude]. Chorégraphie Patrick De Bana. Danseur Ivan Vasiliev.

Musique Chaconne en sol mineur de Tomaso Antonio Vitali [1663-1745]. Interprétée par Sarah Chang. Copyright Patrick De BanaSarah ChangIvan Vasiliev -

 


<> 3 SOUS - ONGLETS :

 

Chaque sous - onglet correspond à chacun de mes 3 hôtels à insectes "faits maison" que j' ai construits moi-même, selon mon inspiration.

- 1er hôtel [Lien] construit en 2012.

- 2ème hôtel [Lien] construit au printemps 2017.

3ème hôtel [Lien] construit pendant l' été 2017.

Dans chaque onglet vous verrez les photos de la construction de chaque hôtel, étape par étape.

Vous y trouverez la liste des matériels utilisés, leurs prix.

J' y précise la mise en œuvre, les difficultés, les rectifications effectuées.

 


<> POURQUOI CONSTRUIRE UN HÔTEL À INSECTES ? :

 

Un jardin est un mini-écosystème. Je vois ma roseraie comme un sanctuaire, un refuge, un lieu de paix.

Chaque insecte ou animal qui "dérange" le/la jardinier/e a naturellement un prédateur dans la nature.

C' est hélas souvent le/la jardinier/e qui déséquilibre l' univers de son jardin, en utilisant des produits chimiques.

 

De nombreux jardinier/e/s conçoivent le jardinage en terme de destruction : éradiquer les mauvaises herbes par des pesticides, éradiquer les insectes par des insecticides, éradiquer les maladies des plantes par des produits fongicides...

En ce qui concerne les insectes indésirables (pucerons, par exemple...), plutôt que d' utiliser des insecticides si toxiques pour toutes formes de vie, dont nous humains, il faut attirer les nombreux insectes qui s' en nourrissent !

 

C' est un vrai bonheur d' observer et de découvrir les insectes qui s' installent et survivent dans les hôtels à insectes.

Le jardin devient un lieu de création, non plus de destruction.

 


<> DANS QUELS TYPES DE JARDINS ? :

 

On ne peut installer un ou des hôtels à insectes que dans un jardin qui n' utilise AUCUN produit chimique : aucun insecticide bien évidemment, aucun pesticide contre les "mauvaises herbes", ni produit de traitement contre les maladies des plantes.

On pourrait aussi installer un petit hôtel à insectes sur un balcon, à condition qu' il soit tranquille (ni apéritif, ni barbecue...), et que des plantes mellifères y soient cultivées dans des pots.

 

Pour que les hôtels à insectes attirent les insectes, il faut qu' ils puissent trouver de la nourriture et de l' attrait dans le jardin (plantes à fleurs).

Dans la roseraie les insectes sont attirés par le nectar des roses, et par les nombreuses vivaces et bulbes que j' ai plantés le long des haies, et devant les 3 hôtels à insectes.

Les vivaces mellifères qui attirent beaucoup d' insectes butineurs sont les gaillardes (fleuries de mai à octobre), les rudbeckias, les gauras.

 


<> RECONNAÎTRE LES HÔTELS À INSECTES INUTILES :

 

* LIEU D' INSTALLATION HOSTILE :

Des visiteurs de la roseraie m' ont montré, au cours des années, des photos qu' ils avaient prises d' hôtels à insectes installés en situation HOSTILE et INADAPTÉE : en ville, sur des trottoirs goudronnés et passants, dans des rues polluées, sans aucune plante à l' horizon, au long desquels les passants posaient leur vélos, poussettes, près de bancs où les passants s' installent...

 

* SUPPOSÉS HÔTELS SANS ABRIS POUR LES INSECTES :

Des visiteurs m' ont aussi montré des photos de "supposés" hôtels à insectes, certains très grands, d' autres petits.

Ils ont une structure, sur laquelle il est souvent écrit "hôtel à insectes" (au cas où les insectes sauraient lire ?) mais rien à l' intérieur pour les loger...

Un peu comme une maison qui annoncerait "chambres d' hôtes", mais qui ne renfermerait ni chambre, ni lit, ni drap, ni même paillasse... pour y dormir.

On y trouve des pots sans paille, des briques sans terre, etc... Il y a les murs, mais pas les lits...

Ces soi-disant hôtels à insectes font très "écolo", mais ne servent à rien, surtout pas aux insectes, et donnent un très mauvais exemple. Il est facile de dire ensuite que les hôtels à insectes ne sont pas utiles puisque aucun insecte ne s' y installe...

 


<> IMPLANTATION :

 

Les 3 hôtels à insectes sont tous orientés Sud-Est, de façon à être protégés de la pluie et de la neige.

 

Ils sont implantés en 3 zones différentes de la roseraie, protégés des vents le long de la haie de cyprès (avec un emplacement de 70 cm à l' arrière pour pouvoir tailler la haie).

Un hôtel à insectes doit être installé dans un endroit calme du jardin, ni bruyant, ni passant.

 


<> CONSTRUCTIONS DURABLES :

 

Un hôtel à insecte doit être durable. Les résident/es doivent pouvoir s' y installer génération après génération, pendant de longues années.

Le 1er hôtel a été construit à base de palettes en bois de récupération.

Le 2ème à partir d' une bassine en zinc.

Le 3ème possède une structure en aggloméré marine.

Ces 3 structures ont été posées sur des parpaings et des briques.

Posées sur le sol, l' hôtel à insecte se dégraderait rapidement avec l' humidité de la terre.

Les espaces entre briques et parpaings peuvent être l' abri de hérissons, lézards, batraciens, etc...

 

Pour imperméabiliser le dessus des toits, j' ai utilisé des tuiles bitumeuses (shingles), ou de la peinture pour extérieur (peinture à l' eau uniquement, pas au white spirit).

L' intérieur des hôtels à insectes n' est ni peint, ni traité.

Je protège les hôtels à insectes par un grillage à mailles fines, afin que de très gros insectes (frelons, par exemple) ne puissent pas s' y installer.

Je souhaite que les oiseaux n' utilisent pas les matériaux de l' hôtel (paille, etc...) et ne puissent pas manger les insectes qui s' installent.

 


<> QUELS INSECTES Y SONT HÉBERGÉS ?

 

Les abeilles solitaires, dont les osmies que j' aime particulièrement, bourdons, forficules (perce-oreilles), chrysopes, coccinelles, punaises, gendarmes, syrphes, papillons, carabes, staphylin, etc.

Je suis heureuse d' héberger la plus grosse abeille solitaire xylocope (grosse abeille noire).

Les abeilles solitaires (oeufs pondus le printemps et l' été précédents) passent l' hiver dans leurs abris de l' hôtel à insectes.

Peu après leur naissance, en mars, elles s’ accouplent, pondent dans de nouvelles tiges, et les bouchent ensuite avec de la terre.

Elles ne vivent que 1 mois, mais pollinisent plus de fleurs que les abeilles de ruche.

 

En hébergeant les insectes utiles, on est débarrassé des pucerons et autres nuisibles.

Les insectes pollinisateurs, garantissent la pollinisation des fruits et légumes, donc de bonnes récoltes.

 

Des personnes ont voulu me faire peur, en me promettant l' agressivité des nids de guêpes, de frelons, et autres catastrophes. Mais en fait, colonies de guêpes et frelons n' ont pas de place pour loger dans un hôtel à insectes (sauf quelques guêpes solitaires) ! Aucun risque !

Mes hôtels à insectes hébergent également hérissons, lézards, batraciens, et autres petits animaux.

 


<> ÉVOLUTION DE MA DÉMARCHE :

 

Parce que je n' avais jamais jardiné de ma vie, j' ai écouté des conseils pour éradiquer les pucerons de mes premiers rosiers. La première année, j' avais donc acheté un insecticide dans une grande surface. Comme je le regrette !

Bien sûr, ce produit a tué les pucerons dans un premier temps. Mais les pucerons sont revenus très rapidement.

Et je ne voyais aucune coccinelle dans le jardin, parce que ce produit les tuait aussi, par ignorance et inconscience.

J' utilisais ce produit très dangereux qui tue tous les insectes, sans réfléchir aux graves conséquences de cet acte.

 

Dès la 2ème année, je n' ai plus utilisé aucun produit chimique, parce que cela me semblait tellement dangereux d' empoisonner le sol, les plantes, et les diverses formes de vie.

Au bout d' un an, les coccinelles sont arrivées, et de nombreux autres insectes.

 

Il m' a fallu lutter contre mes préjugés. Par exemple, je n' aimais pas les punaises. Pourquoi ? Parce que les adultes de mon entourage m' en avaient dégoûtée, je suppose. Or les punaises mangent beaucoup de pucerons.

De même j' avais des préjugés envers les araignées, et d' autres animaux.

Trop de personnes n' ont qu' un seul réflexe devant les insectes : les écraser, sans réfléchir à leur utilité.

Quand on prend le temps de les observer, on apprend à les admirer dans leurs variétés, formes, couleurs, et on se met à les respecter.

 

La roseraie est également Refuge LPO (lien) et Jardin de Noé, et je la vois donc comme un sanctuaire pour la biodiversité, à mon modeste niveau.

 


<> EXEMPLES D' HÔTELS À INSECTES :

 

Vous pouvez voir de nombreuses photos, très intéressantes, de différents modèles d' hôtels à insectes sur des sites internet français, anglais ou allemands :

- site français :

www.terrevivante.org

- sites anglais :

www.metrofieldguide.com

www.inspirationgreen.com  (superbes exemples)

- sites allemands :

www.kleingaertnerin.de

w-schlegel.de/nk/body_nk2.htm

 



"Le futur n'est pas le résultat de choix parmi plusieurs différents offerts par le présent,

mais un endroit qui est créé, d'abord dans l'esprit et la volonté et ensuite dans l'activité.

Le futur n'est pas un endroit où nous allons mais un lieu que nous créons.

Les chemins ne sont pas à trouver mais à construire

et cette activité change à la fois celui qui la produit et la destination"

- John Schaar -

- Lac de Yaté - Maquis Minier - Nouvelle-Calédonie - Photo de Takeru Coste [Danseur] que je remercie -