Get Adobe Flash player

Plantation des Rosiers

CESTAINSIAFORCEDAVANCERQUONATTEINTOUQUONDOUBLESONOBJECTIF

"Il ne faut pas penser à l'objectif à atteindre,

il faut seulement penser à avancer.

C'est ainsi, à force d'avancer, qu'on atteint

ou qu'on double son objectif

sans même s'en apercevoir"

- Bernard Werber -

- Ice Queen [Reine de Glace] -

- Copyright Daisy Clarke (lien) que je remercie - GB -

Pendant l' hiver et sa glace, tout se prépare au jardin...

CESTAINSIAFORCEDAVANCERQUONATTEINTOUQUONDOUBLESONOBJECTIF

 

Ballet Abide with me. Chorégraphe Akram Khan.

Chant "Abide with me" [Demeure avec moi] de Henry Francis Lyte [1793-1847].

Chanté par Emeli Sandé.

Copyright Akram Khan Dance Company - Emeli Sandé - BBC.

 

 

1 – Préparation de la terre :

 

Si l’ on veut créer tout un massif, je pense qu’ il faut bien désherber, mais sans produits chimique, bêcher, bien enlever les racines des mauvaises herbes.

J' utilise une fourche-bêche, car je n' ai pas la force physique d' utiliser une bêche. De plus, la bêche détruit trop de vers de terre.

Il ne faut surtout pas enfouir les mauvaises herbes sous la terre, en bêchant : ce ne sont pas des "engrais verts" !

 

Les rosiers craignent les désherbants, qui sont des produits extrêmement toxiques et dangereux, pour les plantes bien sûr, et pour tous les êtres vivants (insectes, oiseaux, animaux et humains…).

 

Il est important de bien enlever la souche d’ un arbre mort, ou d’ un arbre que l’on arrache :

sur la souche se développe un champignon qui ferait mourir subitement les rosiers qui seraient plantés à son emplacement, dès le 2ème été (voir Onglet "Définitions" : Pourridié). Cette maladie frappe les rosiers, le 2ème été après leur plantation.

 

 

2 – Préserver avant de planter :

 

On peut garder les rosiers quelques jours, dans leur carton, uniquement dans une pièce non chauffée (garage, cave…).

 

L' extrémité des branches des rosiers nouvellement achetés peut être recouverte d' une cire rouge de protection. Ne pas la retirer, elle se dégradera seule.

Ne pas couper la branche du rosier plus court que la protection de cire.

 

Je n’ ai jamais eu l’occasion de mettre en jauge des rosiers avant leur plantation (les mettre, inclinés, dans une tranchée, et recouverts de terre ou de sable, en attendant leur plantation définitive).

 

Il ne faut pas planter quand il fait très froid et que la terre est gelée.

On peut praliner les racines (voir l’onglet "Définitions"). Je ne l’ ai jamais fait.

 

- Photo : Positionner les racines du rosier sur son futur emplacement, afin de visualiser la largeur du trou de plantation à prévoir.

 

3 – Planter :

 

Il s' agit ici de plantation d' un rosier à racines nues. Pour les rosiers en conteneur (pot), ou en motte (dans un filet), voyez en bas de page.

 

Faire un trou de bonne largeur (30-40 cm), et d’ une profondeur supérieure à celle des racines.

Dans le fond du trou, je mets une poignée de corne broyée, qui apportera de l’ azote, ou quelques peaux de bananes (bio) pour la même raison.

Puis je recouvre la corne de 10 cm de bon terreau pour que les racines ne soient pas brûlées au contact de la corne.

 

Ensuite, positionner le rosier, sans tordre les racines, ajouter du terreau de qualité, puis la terre de jardin.

 

Personne ne semble être d’ accord pour savoir si le point de greffe doit être enterré de 1-2 cm, ou au niveau du sol ?

Depuis la vague de grand froid de 2012, j’ enterre le point de greffe de 2-3 cm.

Pour ne pas abimer les racines, je suis à genoux sur un vieux morceau de moquette, et je tasse la terre avec le poing.

 

Je fais attention à tenir le rosier d’ une main, au niveau du point de greffe, quand je tasse la terre, sinon le rosier descendrait, et serait planté trop creux par rapport au niveau du sol.

 

S’ il doit geler, je butte (voir l’ onglet "Définitions") le pied des rosiers nouvellement plantés.

J’ ai trop de rosiers pour tous les buter en vue des grands froids.

 

4 – Arroser le rosier :

 

Dès qu’ il est planté, il faut l’ arroser (1 arrosoir), même s’ il pleut, pour bien tasser la terre, et que le terreau adhère bien aux racines.

 

------l> Quand je plante des rosiers en automne ou en hiver, je n’ utilise pas l’ eau du forage pour les arroser.

Je me sers de mes cuves récupératrices d’eau de pluie : économie d’ eau, et eau non calcaire.

 

Une seule demi-heure de pluie remplit une cuve de 300 ou de 500 litres.

 

Un couvreur a installé un bec verseur refermable, sur chacune de mes descentes de gouttières, pour récupérer l’ eau de pluie. Pour les voir en action, cliquez sur ce lien.

 

 

5 – Ne jamais planter un rosier à la place d’un autre :

 

Si l’ on souhaite planter un rosier à l’ emplacement où il y en avait un auparavant, il faut changer la terre sur une largeur d’ environ 50 cm et 50 cm de profondeur, avec de la vraie terre, pas seulement du terreau.

Cela peut être de la terre prise à un autre endroit du jardin.

 

Les racines d’ un rosier produisent une substance toxique, qui empêcherait le nouveau rosier de bien reprendre.

Si la terre n’ est pas changée, le nouveau rosier ne poussera pas bien, et fera "pitié".

 

Si je dois déplacer un rosier, et l’ échanger avec un autre, les 2 rosiers sont enlevés délicatement avec leur terre. Ils reçoivent une terre "neuve", avec du bon terreau, à leur nouvel emplacement.

Pour changer la terre, je la prends chez un pépiniériste qui me la livre.

 

6 – Plantation dans une haie :

 

Pour planter un rosier dans une haie existante, il faut lutter contre les racines déjà présentes.

Quand je décide de remplacer un rosier dans mon grand massif, que j' appelle "la haie sud", je trouve les racines des autres rosiers, en enlevant la terre du rosier, pour la changer.

 

Mais la situation la plus difficile se trouve lorsqu' il faut planter un rosier près d' une haie existante de thuya ou de cyprès.

Ces conifères font un nombre incroyable de petites racines qui gêneront grandement l' installation du nouveau rosier.

 

Désormais, quand je dois planter un rosier à proximité de ces conifères, je fais un grand trou, large et creux.

Puis je coupe et élimine toutes les racines pré-existantes.

 

Ensuite, je mets une barrière anti-rhizome (du genre de celle que l' on met autour des bambous, pour éviter leur prolifération) dans le futur trou de plantation.

 

Puis j' ajoute de la terre neuve dans cette "poche" de plantation.

 

Le rosier pourra ainsi établir ses propres racines, sans être concurrencé ou envahi par les racines des autres plantes.

Le nouveau rosier, à l' aise dans sa poche de plantation, aura son propre espace pour se développer.

Je garderai cette barrière anti-rhizome pendant 2 ans.

 

7 - Planter un rosier en conteneur :

 

La plantation d' un rosier vendu en conteneur, c' est à dire dans un pot, peut se faire toute l' année, sauf en cas de canicule.

 

Le rosier est venu dans un contenant de 2 litres, ou plus.

Bien sûr, les racines sont moins développées que les rosiers présentés en racine nues.

En ce qui me concerne, j' évite de planter des rosiers en conteneur, beaucoup plus onéreux.

De plus, le porte-greffe des rosiers vendus en conteneur est souvent multiflora, non adapté aux terrains calcaires.

 

Il faut faire un trou de plantation nettement plus creux que la hauteur du conteneur.

Déposer dans le fond un peu d' engrais azoté, comme de la corne broyée, ou une autre source d' azote (peaux de bananes bio).

Puis recouvrir la corne broyée de 10 cm de bon terreau, ajouter de la terre de jardin si nécessaire.

 

Enlever le conteneur, décoller la terre du conteneur en tapant doucement sur le côté.

Si des racines sortent par les trous du fond du pot, découper les côtés du conteneur avec des ciseaux ou le sécateur.

Ne pas défaire la terre autour des racines.

Positionner le rosier et sa terre dans le trou de plantation, et évaluer si l' on se trouve ainsi au niveau du sol.

 

Rajouter du bon terreau autour de la motte du rosier.

Puis mettre la terre de jardin.

Tasser légèrement la terre autour de la motte avec le poing.

A la fin de la plantation, vérifier que le point de greffe se trouve bien au niveau du sol.

 

Et bien sûr, toujours arroser, même s' il pleut, afin de tasser la terre de façon naturelle et de garder les racines humides.

 

8 - Plantations particulières :

 

------l>  Plantation d' un rosier en motte (filet) :

Les racines du rosier sont enveloppées de terreau maintenu par un filet.

Le rosier se plante alors tel quel, avec sa motte, en laissant le filet en place, sauf pour les rosiers-tiges (cliquez sur ce lien).

 

------l> Pour la plantation des rosiers tiges (lien) et rosiers pleureurs (lien), cliquez sur ces liens, ou allez voir à l’ onglet "Les Roses", puis les sous-onglets correspondants en bas de page.

 

------l> Pour planter un rosier liane au pied d’un arbre (cliquez), ou voir l’ onglet "Les Roses", puis cliquez sur le sous-onglet "Rosiers grimpants et lianes".

 

 

UNEBELLEHARMONIEQUANDLEFAIRELEDIREVONTENSEMBLE

"C'est une belle harmonie

quand le faire et le dire

vont ensemble"

- Montaigne -

- Virgin with Unicorn [Vierge avec Licorne] -

- Albrecht Glockenton (lien) [1432-1474] -

UNEBELLEHARMONIEQUANDLEFAIRELEDIREVONTENSEMBLE