Get Adobe Flash player

Arrosage

DESHOMMESQUISONTDEPRODIGIEUXMESSAGERSETSANSLESAVOIR

"Il y a dans toute foule

des hommes que l’on ne distingue pas

et qui sont de prodigieux messagers.

Et sans le savoir eux-même"

- Antoine de Saint-Exupéry –

- Orchidée -

- copyright Gauchepatte (lien) que je remercie -

DESHOMMESQUISONTDEPRODIGIEUXMESSAGERSETSANSLESAVOIR

 

Danseurs Hoang Yen et Quang Dang.

Chorégraphie Tran Ly Ly.

Musique "Just give me a reason" [Donne-moi juste une raison] de Pink.

Copyright Tran Ly Ly - Pink - Hoang Yen - Quang Gang - Alecia Beth Moore et Nate Ruess.

 

 

1 – Arrosage des rosiers nouvellement plantés :

 

Ils doivent être arrosés souvent : au minimum 1 arrosoir de 10 litres, au moins une fois par semaine, s’ il ne pleut pas ; plus souvent s’ il fait très chaud, et pendant toute la première année.

Si l' on a des vivaces dans les massifs, il faut arroser davantage, car les vivaces boiront également l' eau destinée aux rosiers.

De même, si le terrain est en pente, il faut arroser plus souvent.

 

2 - Comment savoir s'il faut arroser ?

 

** Une hellébore (rose de Noël), dont les feuilles sont très sensibles à la sécheresse, me sert d’ alerte.

Dès que ses feuilles s’ effondrent de façon pitoyable sur le sol, je sais que je dois arroser.

** Je le vérifie en plantant un morceau de bois bien rugueux, de 40 cm de long dans la terre.

Je l’ enfonce de 30 cm : si de la terre a adhéré au bois, je n’ ai pas besoin d’arroser. Si le morceau de bois ne s’ enfonce pas, ou ressort sec, je dois arroser.

** Mon hellébore et le morceau de bois me "parlent" toujours d’ une même "voix".

 

3 - Quand arroser ?

 

** Au printemps, j’ arrose au tuyau d’ arrosage le matin, afin que le soleil ait le temps de réchauffer la terre et l’ eau fraiche du forage.

Je tiens le tuyau et j’ essaie d’ arroser au pied des rosiers, de ne pas trop mouiller les feuilles.

Il me faut 8 heures, sur 3 jours, pour arroser tous mes rosiers. C' est long !

J' en profite pour observer mes rosiers et les admirer, repérer les surgeons, les mauvaises herbes, ce qui doit être fait.

 

** En été, j’ arrose le soir, à la tombée de la nuit, afin que les rosiers puissent boire pendant la fraîcheur de la nuit. Si j’ arrosais le matin, l’ eau s’ évaporerait beaucoup plus vite…

 

4 - Fréquence d'arrosage :

 

* Je ne les arrose qu’ une seule fois par semaine, voire tous les 10 jours, mais abondamment. Je veux qu’ ils fassent des racines en profondeur.

Si l’ on arrose un peu chaque jour, on encourage le rosier à faire des racines superficielles, et on le rend donc plus sensible à la sécheresse, et la terre s’ assèche très vite.

S’ il a plu (au moins 15 mm d' eau au pluviomètre), je n’ arrose pas cette semaine-là.

 

* En cas de sécheresse ou de canicule, je respecte les consignes données par la Préfecture : arroser le matin avant 8 heures, ou le soir après 20 heures.

En cas de canicule sévère, comme en ce moment, j' arrose tous les 5 jours.

 

5 - Efficacité de l'arrosage :

 

* Je suis certaine que l’ eau d’ arrosage profite bien aux racines des rosiers, et ne file pas en dehors des massifs, parce que chaque massif est entouré d’une bordure enterrée de 30 cm, en plastique épais, qui empêche le chiendent de rentrer dans les massifs.

L’ eau d’ arrosage est arrêtée par cette bordure verticale, et profite donc bien à mes rosiers, non pas au chiendent voisin…

Vous verrez des photos de la mise en place de cette bordure anti-rhizome, en cliquant sur l’ Onglet "Histoire de la Roseraie", puis "année 2009" (lien) en bas de page, mais surtout à l' onglet "Créer un massif" (lien).

 

6 - Méthodes d'arrosage :

 

*** A l' arrosoir :

La première année, quand je n' avais que quelques rosiers, je versais le contenu d' un arrosoir de 11 litres à chaque rosier, une fois par semaine.

 

*** Au tuyau tenu à la main :

En 2011, j' ai fait creuser un forage (lien) par l' entreprise Robert Frères Forage (lien).

Je leur ai demandé de creuser et passer des canalisations pour installer 6 arrivées d' eau à différents endroits de la roseraie.

 

Depuis 2011, jusqu' aux deux mois d' été très secs de l' été 2016, j' ai arrosé chaque massif une fois par semaine, au tuyau tenu à la main.

Inconvénient : l' eau sort du tuyau avec pression, et cela tasse beaucoup la terre des massifs.

Je dois donc biner donc ensuite tous les massifs avec la griffe à 3 dents, pour décompacter la terre, une fois par semaine.

En septembre 2016, j' ai terminé l' été en étant complètement épuisée physiquement par ce travail de forçat (librement consenti) :-o(

Avantage de l' arrosage au tuyau tenu à la main : l' arrosage épargne le feuillage, et évite donc en principe les maladies cryptogamiques.

 

*** A l' arroseur asperseur :

 

Dans tous les livres sur les roses, sauf celui d' Eléonore Cruse [Leçons pour un jardin de roses], il est déconseillé d' arroser les rosiers par aspersion. C' est encore un autre de ces nombreux tabous ou interdits si fréquents dans la culture des rosiers en France...

Les raisons invoquées en sont que cela favoriserait les maladies cryptogamiques sur le feuillage, et que cela abîmerait les roses...

Depuis ce printemps sec et très chaud de 2017, en mai et juin, j' ai décidé de passer à l' arrosage par aspersion.

 

J' ai acheté 4 arroseurs asperseurs de qualité, entièrement en métal, dont j' apprécie les réglages :

- Une vis permet de régler la puissance et la distance du jet d' arrosage (jet long qui couvre une grande surface, ou pluie fine sur une distance plus courte).

- Deux bagues permettent de régler l' angle de rotation de l' arrosage. On peut ainsi arroser une petite partie, très ciblée, du jardin.

- Une languette permet, quand elle est relevée, d' arroser à 360°. Quand elle est abaissée, l' arrosage se fait dans l' angle défini par le réglage des bagues.

- 3 pieds solides en métal assurent la stabilité.

- Le tube central est réglable en hauteur. Je le positionne à la hauteur maximum, environ 1,40 mètre.

 

Utilisation :

- Quand :

Je mets les 4 arroseurs en action au crépuscule, entre 21 heures et 23 heures. Il me faut 2 soirs pour couvrir l' arrosage de toute la roseraie.

Bien sûr, il ne faut pas mettre les arroseurs à tourner dans la journée, sous le soleil, cela favoriserait les maladies des feuilles.

- Inconvénients :

Oui, cela fait tomber quelques pétales, mais pas plus qu' une pluie douce. Rien de désolant ni de dramatique !

Les roses ne sont pas particulièrement abîmées, puisqu' elles se referment naturellement à la tombée de la nuit.

Le matin, je secoue légèrement les roses hybrides de thé, pour en faire sortir l' eau, comme je le fais après une pluie.

Depuis 10 ans, j' observe que les roses sont plus abîmées par le soleil que par la pluie ou l' arrosage...

Je jugerai de l' impact sur le feuillage à la fin de l' été 2017. Je pourrais presque parier qu' il n' y aura pas de plus de maladies...

Il me faut déplacer les arroseurs manuellement, et ouvrir et fermer à la main (pas de programmation), sous un parapluie !

- Avantages :

Ce type d' arrosage ne tasse pas le sol. Cela allégera donc les innombrables et fatigants binages pour décompacter la terre.

Après la chaleur de la journée, toute la zone arrosée respire et est rafraichie. C' est un grand bien-être pour cette partie de la roseraie.

Les pétales grillés par le soleil sont baignés.

De nouvelles pousses de renouvellement surgissent plus rapidement au pied des rosiers.

L' arrosage profite également aux allées d' herbe entre les massifs, même si ces "pelouses" ne sont constituée que d' herbes sauvages.

Pour le moment, je ne vois que des avantages à l' arrosage par aspersion... smile

 

*** Autres méthodes :

- Goutte à goutte : je n’ utilise pas de tuyau percés avec un système de goutte à goutte, parce que je trouve cela très laid (et très onéreux), et cela m’ empêcherait d’ entretenir mes massifs avec ma griffe à 3 dents.

- Paillis : il n' y a pas non plus de paillis dans les massifs, ce qui m' empêcherait également de prendre soin de mes rosiers, de biner la terre, d' enlever les surgeons des rosiers tiges et pleureurs.

Le paillis n' est pas adapté à l' esthétique d' une roseraie.

Le jour où je ne voudrai plus travailler dans la roseraie ni entretenir les massifs, ou quand je ne pourrai plus le faire, alors je mettrai du paillis...

J' ai déjà visité un jardin réputé, dont les massifs de la partie roseraie étaient envahis par les mauvaises herbes, sous une épaisse couche de paillis. Quelle horreur !

- Binage : pour garder l' humidité de la terre dans les massifs arrosés, je les bine avec la griffe à trois dents.

Le proverbe assure que "Un binage vaut deux arrosages"...

 

CUEILLEDONCLAROSEETNETOCCUPEPASDETONDESTINCUEILLE

"Cueille donc la rose

et ne t’occupe pas de ton destin"

- Robert Desnos -

- Figure Allégorique de Pureté avec Licorne -

- Marcantonio Franceschini [1688-1689] -

- The Metropolitan Museum of Art (lien) -

- New York -

CUEILLEDONCLAROSEETNETOCCUPEPASDETONDESTINCUEILLE