Get Adobe Flash player

Insectes et Oiseaux

Ma relation avec les oiseaux, insectes, araignées, vers de terre, chauve-souris, crapauds… et taupe...

 

ETRENEHOMMESURCETTETERREESTUNECHARGESACREEPRENDRESOINDESETRES

"Etre né homme sur cette terre est une charge sacrée

Nous avons une responsabilité sacrée

du fait de ce présent exceptionnel qui nous a été fait

Bien au-dessus du beau cadeau qu’est la vie des plantes,

des poissons, des forêts, des oiseaux

et de tous les êtres qui vivent sur terre.

Nous nous devons de prendre soin d’eux"

- Audrey Shenandoah – Amérindienne Onongada –

- Gaia - [Déesse qui personnifie la Terre] -

- copyright Silvia Duran (lien) que je remercie -

ETRENEHOMMESURCETTETERREESTUNECHARGESACREEPRENDRESOINDESETRES

 

Ballet L' éphémère [1978]. L' éphémère est un insecte qui ne vit qu' un jour ou deux.

Chorégraphie Norbert Schmucki. Danseuse Claude de Vulpian.

Musique Manuel Valera.

Copyright Norbert Schmucki - Manuel Valera - Claude de Vulpian - Ballet de l' Opéra National de Paris.

 

 

Dans la roseraie, je suis devenue beaucoup plus attentive aux êtres vivants :

Je les observe, je les admire, et j’ ai appris à les respecter.

 

* Oiseaux :

 

Je nourris les oiseaux l’ hiver, et je vois de nombreux nids dans mes rosiers pleureurs, en haut de mes rosiers grimpants, dans ma haie de cyprès,

Les aiguillons des rosiers ne sont pas un obstacle pour les oiseaux.

Je veille à ce qu' ils aient toujours trois à quatre points d' eau fraiche à disposition.

 

Les nichoirs sont occupés : quel plaisir de voir les parents en prendre possession et y élever leurs petits !

 

Je vide et nettoie les nichoirs en octobre, chaque automne.

Les mois de juin 2017 et d' été ont été caniculaires, et j' ai eu la tristesse de trouver 2 oisillons morts dans un des nichoirs à mésanges charbonnières, en ce mois d' octobre 2017. Ils sont morts de chaleur. C' est la première fois que cela arrive. Je viens donc de percer 2 trous de chaque côté des nichoirs, pour créer un peu d' "aération" en vue de l' été 2018.

 

Je suis touchée de voir mes cheveux, mêlés à la mousse ramassée par les oiseaux, dans les nichoirs !

En effet, quand je me peigne, je mets mes cheveux à l' extérieur, car je sais que les oiseaux apprécient les cheveux, de même que le crin de cheval, et autres éléments, pour constituer leurs nids.

Désormais, je mettrai également les "peluches" du filtre du sèche-linge à l' extérieur, dans la roseraie. Si les oiseaux apprécient ces peluches, ils pourront les utiliser :o)

 

La roseraie est devenue Refuge LPO (lien) [Ligue de Protection des Oiseaux] en 2012.

Elle est devenue Jardin de Noé (lien) en janvier 2015.

 

* Abeilles et bourdons :

 

J’ aime le ballet des abeilles et bourdons, le matin, quand ils butinent mes roses, et se "roulent" dans les étamines.

 

Les abeilles meurent à cause de l’ usage des insecticides, et celui des pesticides (contre les "mauvaises herbes"), utilisés dans nos jardins et par l’ agriculture. Je refuse de me joindre à ce massacre.

 

Les abeilles solitaires logent dans 3 hôtels à insectes "faits maison" que j' ai construits : le premier (lien), le second (lien), le troisième (lien).

La plupart ne vivent qu' un mois seulement, mais elles pollinisent plus de fleurs que les abeilles de ruche, et beaucoup plus tôt également.

En mars, les jeunes abeilles sortent : les mâles en premier, puis les femelles.

Peu après leur naissance, elles s' accouplent et pondent dans de nouvelles tiges, ou dans la terre des briques de l' hôtel.

Leurs oeufs passeront l' été puis l' hiver à l' abri.

Elles sont de tailles, de formes, de couleurs différentes : elles sont étonnantes !

 

 * Autres insectes et araignées :

 

Les punaises et les perce-oreilles sont très utiles également : ils mangent les pucerons.

Les gendarmes, qui sont des petites punaises rouges et noires, sont également utiles : ils mangent les œufs d’ insectes, et les insectes morts.

Ils logent également dans mes 3 hôtels à insectes.

 

J’ admire les araignées, de toutes tailles, et leurs magnifiques toiles. Elles sont très utiles : les spécialistes disent qu’ elles peuvent détruire 400 millions d’ insectes à l’ hectare (dont les moustiques…) : elles sont donc des auxiliaires précieuses.

 

Alors, je préserve tout ce petit monde soigneusement.

 

------l> Pour connaître les insectes utiles : "insectes auxiliaires, les alliés du jardinier" (lien).

 

------l> Je recommande la lecture du livre de Vincent ALBOUY "Un jardin pour les insectes" (lien) aux Editions Delachaux et Niestlé.

Ce livre passionnant est un des prix que j’ ai reçus au concours "Jardiner Autrement" 2013.

 

------l> En 2012, j’ ai construit un premier hôtel à insectes (lien) pour les héberger, en particulier les abeilles solitaires.

Cet hôtel est habité : de nombreux insectes y résident.

 J’ ai mis des photos de la construction de l’ hôtel, étape par étape,  dans l’ onglet "Histoire de la Roseraie" (lien) à l’ année 2012.

J’ y ai décrit la liste du matériel utilisé, la mise en œuvre, les difficultés.

En  2017, j' ai construit un second hôtel à insectes (lien), et un troisième (lien) car le premier était complet !

 

Il n' y a AUCUN risque que des nids de guêpes ou de frelons s' installent dans les hôtels à insectes. Ils n' en auraient pas la place. Il n' y a donc rien à craindre !

 

Je plante des vivaces devant mes hôtels à insectes, pour attirer les pollinisateurs, et faire un écran de protection pour les insectes.

 

Contre les pucerons, je ne fais rien : j’ ai utilisé un produit anti-puceron, la 1ère année, sans aucune efficacité.

Quelquefois, quand je vois trop de pucerons sur des jeunes feuilles, je les écrase entre les doigts.

 

J’ ai décidé de n’ utiliser AUCUN TRAITEMENT.

 

Et, depuis que je ne traite pas, j’ ai énormément d’ insectes utiles, en particulier larves de coccinelles, coccinelles, punaises, perce-oreilles, jolies chrysopes, gendarmes qui mangent les pucerons : tout va bien !

 

J’ ai mis une photo de larve et de nymphe de coccinelle, dans chaque page de l’ onglet "Les Roses" afin que l’ on puisse les reconnaître et les protéger.

 

------l> Voici une photo de larve de coccinelle sur ma main.

 

Ce qui m’ exaspère, ce sont les fourmis, car elles élèvent les colonies de pucerons. Mais le binage, une fois par semaine, perturbe grandement l’ installation des colonies de fourmis au pied des rosiers.

 

* Vers de terre :

 

Je protège les vers de terre en n’ utilisant aucun produit de traitement, même dit naturel.

Les vers de terre sont indispensables à la vie du sol (cliquez sur ce lien vers un site du CNRS) :

Leurs galeries aèrent le sol, apportent l’oxygène, permettent aux racines de suivre ces galeries.

Quand j’ en vois un, en travaillant le sol, je le remets délicatement en place.

Un sol vivant contient de nombreux vers de terre.

La bouillie bordelaise, qui contient du cuivre, tue les vers de terre : je n’ en utilise pas.

 

* Taupe :

 

A l' automne, une taupe vient s’ installer dans la roseraie.

Heureusement, elle ne peut pas aller creuser dans les massifs, puisqu’ ils sont protégés par une barrière anti-rhizome enterrée.

Je tasse les galeries avec le pied, je prends la terre des taupinières et la mets dans les massifs.

 

J’ ai enfoncé un tuteur, porteur d’ une bouteille en plastique (empruntée à un voisin), dans les galeries (Photo).

Le vent fait vibrer la bouteille en plastique, et les taupes n’ aiment pas les vibrations.

Cette énergique petite bête n’ a pas insisté dans ces zones-là...

Quand je reprends l’ usage de la tondeuse, la taupe déserte la roseraie.

 

* Chauve-souris :

 

Une chauve-souris (pipistrelle) logeait chaque été derrière un de mes volets.

J' ai donc décidé de lui acheter un véritable gîte à chauves-souris, pour elle et ses amies.

Ce nichoir double à chauves-souris (deux compartiments) est installé en façade de la maison.

L' envol de "mes" chauves-souris, à la tombée de la nuit est un enchantement. Elles sont si gracieuses !

Deux autres abris à chauve-souris (cliquez) différents ont été installés cet hiver 2016-2017.

 

Il faut laisser brut, sans peinture, sans vernis, et non poncé, le bois de ce genre de gîte. En effet, les résidentes doivent pouvoir s' accrocher au bois avant de pénétrer dans l' abri.

L' entrée dans l' abri se fait par une fente située sous le gîte, avec une planche d' accroche.

La porte en façade peut être ouverte, une fois par an, pour le nettoyage, hors période d' hivernage des chauve-souris, bien sûr.

Les chauve-souris sont très utiles, elles mangent beaucoup d' insectes, et particulièrement des moustiques.

Elles doivent être protégées, car leur habitat se réduit.

 

* Crapauds et batraciens :

 

Ils logent en bas de l' hôtel à insectes.

Mais un crapaud s' est aussi installé dans une des bouches d' arrosage de la roseraie.

Pour qu' il soit bien, je lui ai installé une tuile sous la haie de cyprès, bien à l' ombre, et l' ai placé sous la tuile.

Cet abri semble lui plaire :o)

 

Les crapauds sont des espèces protégées.

L' hiver prochain, je mettrai plusieurs tuiles, avec brindilles et feuilles, sous les haies, autant pour les hérissons que les batraciens.

 

LESUCCESESTDALLERENECHECSANSPERDRESONENTHOUSIASME

"Le succès,

c’ est d’aller d’ échec en échec

sans perdre son enthousiasme"

- Winston Churchill -

- Abeille -

- sur la rose "Louise Odier" -

LESUCCESESTDALLERENECHECSANSPERDRESONENTHOUSIASME