RSS

Maladies des Rosiers

 


"C'est une personne, la vie, une personne

qu'il faut prendre comme partenaire.

Entrer dans sa valse, dans ses tourbillons,

parfois elle te fait boire la tasse

et tu crois que tu vas mourir et

puis elle t'attrape par les cheveux

et te dépose plus loin.

Parfois elle t'écrase les pieds,

parfois elle te fait valser.

Il faut entrer dans la vie

comme on entre dans une danse...

Valser, valser, valser. Franchir

les épreuves qu'elle t'envoie pour

te rendre plus forte, plus déterminée"

- Katherine Pancol -

- Ballet à l' Alhambra – Espagne – 2018 -

- Photo de Ida Viikinkoski [Danseuse] -


 

Ballet La Rose Malade. Chorégraphie de Roland Petit [1924-2011].

Musique Gustav Malher [1860-1911] Adagietto de la 5ème symphonie.

Dansé par Uliana Lopatkina et Boris Koslov. Copyright Roland Petit - Uliana Lopatkina - Boris Koslov - Télévision Russe.

 

 


Toutes les PHOTOS sont en bas de page


<> LES MALADIES CRYPTOGAMIQUES :

 

- LE MARSONIA :

Des taches noires apparaissent sur les feuilles. Les feuilles peuvent jaunir et tomber. Cette maladie est favorisée par l' humidité.

Éviter d' arroser les feuilles de rosier (sauf tard le soir), privilégier l' arrosage au pied du rosier si possible.

Cela se traite (en principe) avec la bouillie bordelaise qui est du cuivre, donc un métal nocif pour l' environnement et la vie du sol. Le cuivre tue les vers de terre.

 

- L’ OIDIUM :

Un feutrage blanc recouvre les feuilles et même les boutons. On peut couper les branches malades, les nouvelles branches seront saines.

La maladie est favorisée par un temps sec, ensoleillé, et chaud.

Il y a des rosiers qui sont connus pour être sensibles à l' oïdium, et vivent très bien avec...

Il y a des emplacements à éviter : pour les rosiers sensibles à l' oïdium, éviter les murs blancs qui renvoient trop de lumière.

Il peut se traiter avec du soufre, ce qui est nocif pour l' environnement.

 

- LE BOTRYTIS :

Les boutons de rose ne s' ouvrent pas, après la pluie. Ils pourrissent. Mais le botrytis ne gagne pas le reste du rosier.

Je l' observe surtout sur les roses blanches des hybrides de thé (grosses roses). Il suffit de couper les fleurs malades.

Il est favorisé par l' humidité, la pluie, l' arrosage par aspersion (sauf à la tombée de la nuit).

 

- LA ROUILLE :

Des petites taches de couleur orange apparaissent sur les feuilles.Les taches sont plus intenses au revers des feuilles.

Elle est favorisé par un temps humide.

Ajouter des cendres de bois au pied des rosiers apporte de la potasse, et peut améliorer l' état du rosier (à éviter en terrain calcaire).

 

- LE MILDIOU :

Cette maladie se différencie difficilement du marsonia.

Au lieu de taches noires, ce sont des taches brunes qui apparaissent, et gagnent toute la feuille qui jaunit. La maladie est favorisée par l' humidité.

 


<> CHANCRE DU ROSIER :

 

Il s' agit de taches brunes ou noires qui apparaissent sur une branche du rosier. Cette maladie est très fréquente.

Ces zones brunes peuvent s' étendre sur toute la branche, et dans le pire des cas, gagner tout le rosier.

La branche atteinte peut quelquefois commencer à se dessécher, et l' écorce prend un aspect ridé.

 

Cela est dû à l' attaque d' un champignon microscopique leptosphaeria coniothyrium.

Il faut couper la branche atteinte par le champignon, juste au-dessus d' un oeil ou d' une feuille du rosier.

Il m' est arrivé de recevoir de nouveaux rosiers, de chez le producteur, dont plusieurs branches portaient déjà ces taches brunes.

 


<> LE POURRIDIÉ :

 

C' est la seule maladie mortelle du rosier à laquelle j’ ai été confrontée avec des rosier-tiges et pleureurs.

Voir en bas de page la photo d' un rosier-tige que j' ai arraché, et sur laquelle on voit très nettement le feutrage blanc, typique des maladies cryptogamiques virulentes.

 

J’ ai perdu une dizaine de rosier tiges et pleureurs à cause de cette maladie contre laquelle il n’ existe aucun traitement.

La première année, le rosier fleurit normalement.

Le problème apparaît pendant la deuxième année : le rosier se dessèche rapidement et entièrement, devient marron et meurt. Il faut l’ arracher immédiatement.

Il faut changer la terre à l’ emplacement du rosier, sur 50 cm de large et de profondeur, avant d’ en replanter un autre.

 

Cela est dû à un champignon (l’ armillaire) qui attaque les racines du rosier et le fait mourir. Quand on arrache le rosier, on voit un feutrage blanc sur les racines, et l’ on sent une odeur de champignon.

Ce champignon peut contaminer les rosiers du même massif, d’ où l’ importance d’ arracher immédiatement le rosier mort, et de changer la terre.

 

Pourtant, j’ ai fait enlever toute souche d’ arbre ou arbuste sur mon terrain, sur laquelle le champignon pourrait se développer.

C’ est en effet ce champignon, très utile dans la nature, qui fait pourrir et décompose les souches d’ arbres.

 

Je me suis demandé si un rosier pleureur, ou rosier tige pourrait m’ être livré, de son champ de culture, avec des racines déjà porteuses de ce champignon. J’ ai déjà reçu des tiges ou pleureurs dont les racines portaient un feutrage blanc

Cela ne serait nullement la "faute" du producteur de rosier, bien évidemment.

Dans cette hypothèse, pour chaque tige ou pleureur que je plante, je pulvérise les racines, avant la plantation, avec un produit de traitement "maladies des rosiers" (anti fongique).

Je ne pulvérise que les racines. C’ est le seul traitement que j’ utilise dans ma roseraie.

 


<> TRAITEMENTS ?

 

Je ne traite JAMAIS : je n’ utilise aucun produit de traitement classique contre les "maladies du rosier" sur les tiges, sur les feuilles, sur les roses.

C’ est une décision tout à fait délibérée.

 

La première année, j’ ai utilisé la bouillie bordelaise (cuivre) en traitement préventif, contre le marsonia, avant que les maladies n’ apparaissent, et du soufre contre l’ oïdium, mais je n’ ai pas vu de différence.

Depuis, j’ ai appris que le cuivre est dangereux pour la vie aquatique, et tue les vers de terre, qui sont indispensables à la vie du sol.

Le cuivre est toxique, et empoisonne le sol : je trouve même étrange qu' il soit autorisé en agriculture biologique. Idem pour le soufre.

 

J' ai des orties dans la roseraie, et je les garde pour héberger les coccinelles et papillons.

Je pourrais bien sûr faire du purin d' orties qui est efficace en prévention des maladies, mais je n' ai pas le temps d' en faire. Le purin de prêles et la décoction d' ail sont aussi efficaces en prévention.

Mais ils sont sans effet quand les maladies sont installées.

 

Suivant les années, plus ou moins humides, j’ ai vu mes rosiers atteints de toutes les maladies. Tant pis…

Et si traiter les rosiers les rendait plus fragiles ? Il me semble que c’ est un cercle sans fin…

Je ne ramasse même pas les feuilles malades, quand elles sont tombées à terre.

 

Je ne traite que les racines de mes rosiers tiges et pleureurs avant la plantation.

 


"Il y a-t-il au monde un bien

plus précieux que l'amitié ?

Cet amour désintéressé

qui ne souhaite que

le bonheur de l'ami et ne cesse

de se réjouir de sa présence"

- Frédéric Lenoir -

- Oedémère noble -


 

 

SyrphePrudent
SyrphePrudent
Détail
Staphylin
Staphylin
Détail
Marsonia 1
Marsonia 1
Détail
Marsonia 2
Marsonia 2
Détail
Marsonia 3
Marsonia 3
Détail
Oïdium 1
Oïdium 1
Détail
Oïdium 2
Oïdium 2
Détail
Botrytis 1
Botrytis 1
Détail
Botrytis 2
Botrytis 2
Détail
Rouille 1
Rouille 1
Détail
Rouille 2
Rouille 2
Détail
Rouille 3
Rouille 3
Détail
Mildiou
Mildiou
Détail
Chancre 1
Chancre 1
Détail
Chancre 2
Chancre 2
Détail
Pourridié 1
Pourridié 1
Détail
Pourridié 2
Pourridié 2
Détail
 
 
Powered by Phoca Gallery